5 questions à Angèle Fouquet

Angèle Fouquet est docteure en sociologie depuis novembre 2021 (Université Paris-Saclay). Sa thèse intitulée « ‘‘Cohabiter en cuisine’’ : Le genre dans l’intégration conjugale alimentaire des jeunes adultes » a été dirigée par Séverine Gojard. Elle participe aujourd’hui à la série « 5 questions à » qui vise à mettre en avant les recherches des membres de l’axe « Imbrication des rapports sociaux : genre, classe, race » du Centre Maurice Halbwachs.

Photographie issue du terrain d’enquête.

1. Quel est l’objet de ta thèse en quelques mots ?

Cette thèse croise les sociologies du couple, de l’alimentation et du genre. J’ai travaillé sur les modifications des pratiques alimentaires au moment de l’installation en cohabitation conjugale, chez des couples hétérosexuels de jeunes adultes. Je me suis intéressée à la fois aux changements des habitudes alimentaires en termes de temporalités, de contenus de repas, de commensalité (personnes avec qui l’on mange) et aux enjeux entourant la gestion alimentaire, comme quand et comment faire les courses, comment gérer les denrées et la vaisselle… En effet, dans les travaux abordant le genre, la sociologie du couple insiste plus sur la répartition des tâches, celle sur l’alimentation regarde aussi les contenus alimentaires. Les questions directrices étaient donc les suivantes : quel rôle joue l’alimentation dans la production du couple, et notamment dans l’intégration domestique, c’est-à-dire la construction de pratiques communes et de référentiels ou façons de voir le monde communes, chez les jeunes adultes ? En quoi l’intégration conjugale participe-t-elle de la production du genre, avant même l’arrivée d’enfants dans la famille ? En effet, le inégalités alimentaires genrées observées régulièrement chez les couples avec enfants on peu été vérifiées en amont de l’arrivée des enfants. Je voulais donc voir si ces mécanismes inégalitaires s’installent dès avant l’arrivée des enfants. 

2. Qu’est-ce qui t’a amenée à faire cette thèse ?

J’ai eu la chance de pouvoir librement choisir mon objet de thèse. Il a donc notamment découlé de mon intérêt pour le genre dans la sphère intime, ainsi que d’une forte envie de m’atteler à des enjeux domestiques concrets, quotidiens, touchant tout le monde, alors qu’en master j’avais initialement abordé des enjeux ou situations moins fréquentes. L’alimentation est aussi un sujet qui me tient à cœur par plaisir personnel.

D’un point de vue plus théorique, cela découle d’un étonnement face au paradoxe à mes yeux non encore élucidé d’une alimentation familiale produisant simultanément une alimentation commune – partage des temps, des plats, etc. – et une différenciation des alimentations en fonction du genre. En particulier, le processus au cours duquel cela se met en place est peu étudié, en particulier chez les couples sans enfant, une population globalement sous-étudiée par la sociologie de l’alimentation portant sur le genre. De leur côté, les travaux de sociologie du couple ne se sont jamais spécifiquement intéressés à la construction de l’alimentation conjugale, comme ils ont pu s’intéresser à la mise en commun du linge. Je me demandais donc aussi en quoi le processus d’intégration alimentaire, de construction du couple par l’alimentation, est spécifique.

3. Dans quels champs de recherche t’inscris-tu et quelles littératures mobilises-tu ?

D’abord, je mobilise logiquement quelques travaux aux problématique et méthodologie proches des miennes, mais qui n’ont porté que sur le monde anglo-saxon (Debbie Kemmer et al., 1998 ; Caron Bove et al., 2003 ; Caron Bove et Jeffery Sobal, 2006). D’un point de vue plus théorique, je confronte les travaux de Jean-Claude Kaufmann en montrant les spécificités alimentaires de l’« intégration conjugale » qu’il a déjà partiellement décrite. Ainsi, je discute le rythme de l’intégration conjugale dans le domaine alimentaire : quel rôle joue l’alimentation dans cette intégration, à quelle vitesse s’effectue-t-elle ? Je m’inspire aussi des travaux de Peter Berger et Hansfried Kellner (2007) pour réfléchir à la socialisation conjugale alimentaire, voir si l’interaction conjugale issue de la vie commune produit un « nomos conjugal alimentaire », déjà suggéré par Philippe Cardon (2009). Enfin, je mobilise des travaux portant sur le genre en général, mais surtout, parmi ceux-ci, sur ceux concernant l’alimentation, notamment des travaux portant sur les injonctions corporelles (par exemple Saint Pol, 2010), la bipartition des aliments (comme Saint Pol, 2008), des travaux fondateurs sur la répartition des tâches alimentaires (surtout Devault, 1994) mais aussi de travaux plus récents soulevant la question de la possible « dégenrisation » de l’activité de cuisine (notamment Deutsch, 2004).

Mon ambition de faire dialoguer sociologie du genre, du couple et de l’alimentation fonde la structure du mémoire, qui approfondit d’abord la sociologie du couple, grâce à une lecture plutôt transversale des matériaux, avant d’aborder les rapports de genre, enfin d’âge et de classe, à l’aide d’une lecture davantage par cas.

4. Peux-tu nous parler de ta méthodologie et du terrain de ton enquête ?

L’enquête a consisté en entretiens semi-directifs, effectués auprès des deux partenaires de 26 couples de jeunes adultes (18-30 ans), sans enfant et récemment installé·es en cohabitation. Les entretiens furent répétés à quelques mois d’intervalle pour une dizaine de couples. Je me suis progressivement concentrée sur des hétérosexuels jeunes adultes pour ne pas multiplier les variables. J’ai volontairement laissé varier les vitesses d’installation en cohabitation conjugale et les durées de cohabitation.

Les conditions de l’enquête expliquent certaines spécificités de celle-ci. Notamment, le recrutement a été de longue haleine, aucune institution ne recensant spécifiquement cette population. Mon exigence d’implication des deux partenaires a aussi été un frein, car je voulais m’intéresser non seulement à la ou au gestionnaire principal de l’alimentation, mais aussi à l’autre partenaire, l’intérêt étant de croiser les expériences, chose rarement faite. En plus de compliquer le recrutement, cela m’a obligée à réfléchir à la différence entre entretiens conjugaux et entretiens individuels et à gérer le pacte d’enquête dans le cadre de relations triangulaires.

Par ailleurs, désirant m’intéresser à la construction subjective comme matérielle du couple, j’ai combiné la collecte des représentations à celle des activités concrètes. J’ai donc articulé les entretiens à la récolte et à l’usage, en entretien, d’artefacts des pratiques alimentaires (listes de courses, tickets de caisse, etc.), ai accompagné quelques enquêté·es dans certaines activités alimentaires (comme les courses, les repas), ai observé les domiciles, photographié les frigidaires.

5. Quels sont les principaux résultats de ta thèse ?

Tout d’abord, l’alimentation joue un rôle précoce et important dans l’intégration conjugale, probablement du fait de la relative valorisation des activités alimentaires. Ceci invite à tenir compte, en sociologie du couple, du niveau de valorisation sociale des activités. De plus, la mise en commun des tâches domestiques est plus tardivement enclenchée que le partage des repas.

Ensuite, la création d’un « nomos conjugal alimentaire » apparaît fortement mêlée au processus d’avancée en âge des jeunes « adultes », caractérisé par le relatif rejet puis la ré-appropriation des normes associées au monde « adulte », qui recoupent souvent les normes parentales et les préconisations nutritionnelles publiques. Cela révèle le rôle du couple dans les transmissions intergénérationnelles et dans l’appropriation des règles nutritionnelles propres à un groupe d’âge.

Par ailleurs, les consommations alimentaires conjugales contribuent aujourd’hui encore à la production du genre. Car, si les consommations se rapprochent lors de la mise en cohabitation conjugale, c’est au prix de spécialisations genrées dans les préoccupations (notamment, plaisir / santé). Les tâches restent aussi relativement genrées, bien que d’une façon moins caricaturale que les répartitions « traditionnelles » autrefois décrites. Ceci pourrait traduire une évolution du genre ou un effet de cycle familial. Elles sont aussi moins genrées que ne le sont les consommations, ce qui pourrait découler de la meilleure pénétration des valeurs égalitaristes dans le champ des tâches domestiques que dans celui des consommations. En particulier, la cuisine reste davantage genrée dans la façon de la dire que dans les pratiques concrètes, suggérant que le rapprochement des pratiques est rendu possible par le maintien d’une différenciation des représentations.

Enfin, des variations du genre peuvent être reliées à la classe et à l’âge. Les partenaires plus « jeunes » semblent développer des arrangements plus égalitaires. Les couples des classes populaires semblent valoriser davantage la mise en commun des ressources et activités, donc les concessions alimentaires et la spécialisation. Au-delà, les implications des hommes sont associées à de l’hypergamie (assez rarement observée), un écart d’âge plus faible, à une familiarisation à la cuisine par les parents.

Bibliographie

Berger P., Kellner H., 2007, « Le mariage et la construction de la réalité », idées, 150, p. 57‑67.

Bove C.F., Sobal J., 2006, « Foodwork in Newly Married Couples. Making Family Meals », Food, Culture and Society, 9, 1.

Bove C.F., Sobal J., Rauschenbach B.S., 2003, « Food choices among newly married couples: convergence, conflict, individualism, and projects », Appetite, 40, 1, p. 25‑41.

Cardon P., 2009, « Manger’’ en vieillissant pose-t-il problème ? Veuvage et transformations de l’alimentation de personnes âgées », Lien social et Politiques, Vieillir posetil vraiment problème ?, 62, p. 85‑95.

Deutsch J., 2004, « “Eat Me Up”: spoken voice and food voice in an urban firehouse », Food, Culture & Society, 7, 1, p. 27‑36.

DeVault M.L., 1994, Feeding the family: the social organization of caring as gendered work, Paperback ed, Chicago, Ill., University of Chicago Press (Women in culture and society), 270 p.

Kemmer D., Anderson A.S., Marshall D., 1998, « Living Together and Eating Together; Changes in Food Choices and Eating Habits during the Transition from Single to Married/Cohabiting », The Sociological Review, 46, p. 48‑72.

Saint Pol T. de, 2010, Le corps désirable: hommes et femmes face à leur poids, Paris, Presses universitaires de France (Le lien social), 222 p.

Saint-Pol T. de, 2008, « La consommation alimentaire des hommes et des femmes vivant seuls », Insee Première, INSEE, 1194.



Citer ce billet
Lise Cottet (2023, 12 février). 5 questions à Angèle Fouquet. Imbrications des rapports sociaux. Consulté le 14 juin 2024, à l’adresse https://imbrications.hypotheses.org/1036

Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search