5 questions à Cyril Nazareth

Cyril Nazareth est docteur en sociologie depuis décembre 2019 (EHESS). Sa thèse intitulée « La socialisation des jeunes des quartiers populaires par le football de compétition » a été co-dirigée par Stéphane Beaud et Pierre-Emmanuel Sorignet. Il participe aujourd’hui à la série « 5 questions à » qui vise à mettre en avant les recherches des membres de l’axe « Imbrication des rapports sociaux : genre, classe, race » du Centre Maurice Halbwachs.

1. Quel est l’objet de ta thèse en quelques mots ?

J’ai cherché à compléter les travaux de Julien Bertrand et Frédéric Rasera qui ont travaillés sur des jeunes footballeurs mais dans d’autres filières de formation : les centre de formation professionnels que la plupart de mes enquêtés auraient aimé intégrer. J’ai donc réalisé une observation directe de la socialisation sportive au sein des clubs dans lesquels sont sélectionnés les prétendants au football professionnel. L’intériorisation de la croyance en leurs chances de réussite par les jeunes était traitée de manière rétrospective sous la forme d’entretiens biographiques. Ces cas de transfuges tardifs sont suffisamment rares pour considérer la croyance en un avenir dans l’élite comme irrationnelle. Pourtant, les jeunes cherchent à prouver leurs capacités à tenir leur place sur le terrain. Le travail des éducateurs consiste alors à faire en sorte qu’ils ne se laissent pas griser par les verdicts flatteurs au sein de ce sous-espace du football de compétition.

A propos de mes enquêtés, je me suis demandé :

Croient-ils vraiment en leurs chances ? Quelles sont-elles ces chances ? Qu’est-ce qui différencie ceux qui continuent à y croire de ceux qui renoncent ? Pourquoi se donnent-ils autant de mal ?

Qu’est-ce qui les fait courir comme ça ?

On peut donc dire qu’il s’agit d’une véritable énigme sociologique au centre de laquelle on trouve le concept de croyance : comment se fait-il que pour d’aussi faibles débouchés professionnels on assiste à des investissements de cette dimension ?

2. Qu’est-ce qui t’a amené à faire cette thèse ?

Mon projet de recherche qui s’est constitué à la suite d’un « événement particulier ». La grève des joueurs de l’Équipe de France de football durant la coupe du monde de 2010 à l’occasion d’un entraînement à Knysna (Afrique du Sud). L’intense médiatisation de cette grève a révélé le poids des représentations dominantes sur les jeunes des quartiers populaires parmi les élites politiques et médiatiques. Après le refus de vingt-trois joueurs professionnels de s’entraîner en présence des journalistes accrédités par la FFF, le discours de la ministre de la Santé et des Sports à l’Assemblée nationale, le 23 juin 2010, déplorait : « le désastre d’une équipe de France où des caïds immatures commandent à des gamins apeurés, un coach désemparé et sans autorité, une Fédération française de football aux abois ». Le discours de Madame Bachelot propose un condensé d’« une croyance en une essence fantasmatique et fantasmée du « jeune de banlieue », pour reprendre une citation de Fabien Truong, « le réduisant à l’image de racaille incivile », alors même que les joueurs de football internationaux appartiennent à une fraction des élites économiques françaises. M’est alors apparu la nécessité d’enquêter sur des instances de sélection qui se trouvent au début de la trajectoire de bon nombre de grands joueurs de football français : les clubs de football de la banlieue populaire de Paris dans lesquels les clubs professionnels recrutent la majorité de leurs apprentis et stagiaires.

Je me dois d’ajouter que les deux clubs que j’ai enquêtés se trouvent à la lisière de la formation professionnelle. Puisque chaque saison, en Île-de-France, quelques dizaines jeunes âgés de 15 à 18 ans sont recrutés par des clubs professionnels au cours d’un entraînement ou d’un match avec leur club amateur. Le premier club étudié a longtemps été professionnel et l’est redevenu à la fin de mon enquête. Le second club possède des équipes engagées dans les championnats nationaux, notamment pour les jeunes de moins de 17 et de moins de 19 ans : ces compétitions les amènent à se confronter aux équipes d’apprentis des clubs professionnels tout au long de la saison sportive. Dans le cadre collectif d’un séminaire qui interrogeait la conversion des jeunes de cité au football en club, j’ai donc mené une observation participante dans un premier club de football de la Seine-Saint-Denis, le Racing FC 93. Il s’agissait d’étudier les enjeux de la période dite de préformation des jeunes footballeurs âgés de 13 à 14 ans. Après deux années de Master, j’ai prolongé cette recherche par une enquête dans un autre club de Seine-Saint-Denis, la Sainte-Anne de Crugny (SAC), cette fois en accompagnant les équipes de joueurs âgés de 15 à 18 ans. Ces matériaux m’ont permis d’apporter une contribution à l’étude du processus de socialisation des jeunes de classes populaires à travers le football de compétition.

3. Dans quels champs de recherche t’inscris-tu et quelles littératures mobilises-tu ?

Je mobilise la sociologie des classes populaires et de la jeunesse des quartiers populaires. J’ai mobilisé les travaux sur les stratégies parentales de réussite et la socialisation sportive et scolaire. Mon enquête s’est déroulée dans un espace largement dominé par des hommes. Les questions de l’investissement des parents m’a permis de traiter des frontières du genre dans le sport de compétition mais aussi de la division sexuée des tâches d’encadrement familial. D’une manière générale, les sociabilités masculines au cœur desquelles font de mon travail une contribution à l’éclairage de la recomposition des masculinités. J’ai aussi mobilisé la littérature sur le salariat sportif et de l’engagement bénévole et associatif en milieu populaire. Enfin, je pense avoir pu contribuer aux avancées sur les processus d’identification (racisme et mépris de classe) des individus et groupes d’individus en fonction de leur phénotype, de leur provenance géographique ou culturelle supposée à travers le cas des jeunes ultramarins venus sur le territoire métropolitain en vue de réussir à signer un contrat d’apprenti (footballeur) professionnel, mais aussi à travers les déplacements des équipes de banlieues populaires en province ou dans des banlieues bourgeoises.

4. Peux-tu nous parler de ta méthodologie et du terrain de ton enquête ?

Les quelques questions très prosaïques que j’énumère plus haut m’ont permis de traiter d’un problème sociologique construit à partir de mon poste d’observation, au cœur d’un important réseau d’interconnaissance. À ce titre, j’ai tenté de m’inscrire dans le sillage des ethnographes réflexifs. C’est pourquoi je n’ai pas seulement envisagé ce travail comme une monographie de club. Les entraîneurs, les éducateurs, les joueurs se déplacent de club en club en quête des meilleures conditions de reconnaissance de leurs qualités. Très vite je me suis aperçu que la délimitation de mon terrain ne serait pas aisée dans la mesure où le découpage de l’espace social étudié ne correspondait pas à des frontières perceptibles. Je me suis donc attaché à tirer autant que possible les fils du réseau de relation de mes enquêtés les plus proches. En me présentant comme un éducateur sportif en devenir, venu donner un coup de main au club, je me suis fait connaître d’un groupe de jeunes, d’éducateurs et de parents. Et c’est à partir de ces relations d’enquête que j’ai pu traiter les questions sociologiques que j’ai posées. J’ai expérimenté les obligations liées à la participation au jeu des positions – pour gagner ma place au sein des clubs – et c’est cette participation qui m’a permis d’accéder aux ressorts de l’investissement de mes enquêtés. Les jeunes, par exemple, cherchaient à obtenir de moi des coups de pouce pour être favorisés dans la sélection de l’équipe des titulaires. Mais mener cette enquête à demi-couvert a aussi rencontré ses limites : les transactions entre les parents et le club local ou les clubs professionnels m’ont été difficiles à documenter.

5. Quels sont les principaux résultats de ta thèse ?

Tout d’abord, en portant la focale sur l’investissement des familles à partir des cas de stratégies parentales de réussite. Je montre qu’il existe une congruence entre les stratégies scolaires et sportives des familles. Le football est investi comme une pratique parascolaire. Propre d’une éducation omnivore pour les parents les plus dotés en capitaux, ou bien espace de réhabilitation symbolique pour les autres, le football n’a rien d’un loisir ou d’une compensation. Au contraire, il s’agit d’une activité instituée et hiérarchisée, qui suscite des aspirations à la réussite les plus conformes à la doxa scolaire. Ma recherche réaffirme que le football n’est pas une alternative pour de mauvais élèves : le football et l’école sont des espaces de consécrations congruents. J’ai aussi relevé une division du travail éducatif entre les pères et les mères. Pour les jeunes les plus en vue au sein du club, l’héritage sportif (paternel) et les dispositions scolaires (maternelle) sont convertis en profits symboliques. En marge du jeu, les parents se démènent auprès de leur enfant pour trouver un débouché sportif d’excellence. Je montre que les négociations menées par les parents auprès des responsables de la sélection participent à la production des différences. Cela renforce d’ailleurs des inégalités au sein des couples et entre les familles : les mères sont le plus souvent tenues à l’écart des tractations avec les encadrants, sauf pour les mères qui possèdent des ressources culturelles importantes. Tandis que les mères célibataires se trouvent en difficulté pour défendre la cause de leur enfant.

Ensuite, en vue de saisir les ressorts de l’investissement des jeunes sans lien apparent avec leurs chances de succès, j’ai déplacé le regard sur les relations entre les jeunes de l’équipe des moins de 17 ans et entre les encadrants du club de la SAC afin d’analyser ce qui alimente leur croyance. En ce qui concerne les jeunes, j’ai observé deux principaux critères pour comprendre leur position au sein de l’équipe. D’une part, leur conformité avec les exigences de docilité des entraîneurs ; d’autre part, leur capacité à exercer une domination charismatique au sein du groupe de pairs. En ce qui concerne les exigences des éducateurs, j’ai pu mettre en évidence une corrélation entre leur conformité et les rétributions symboliques perçues sur le terrain. Et la domination charismatique ne s’explique pas uniquement par le niveau de performances sportives. Il faut correspondre aux normes dominantes de l’entre soi masculin, juvénile et populaire : avoir du style (savoir danser, rapper), faire rire, avoir du succès avec les filles.

Enfin, j’ai observé que la compétition se prolonge parmi les adultes qui encadrent la pratique : les « éducateurs de football », c’est comme cela que sont désignés les entraîneurs des catégories juvéniles. L’encadrement du football de compétition offre une source importante de gratifications. La respectabilité tirée de la fonction d’éducateur renouvelle les aspirations à l’excellence sportive.

J’ai pu mettre en évidence une concurrence entre deux générations d’éducateurs. Ainsi, la distribution des positions dans la hiérarchie de l’encadrement des jeunes footballeurs produit une tension entre deux générations sociales d’éducateurs. Les « meneurs d’hommes » s’appuient sur leur réputation de « gagneurs » et leur emploi stable pour se maintenir aux positions les plus valorisées. Cependant, l’élévation des exigences certificatives de la Fédération française de football pour encadrer les enfants et les adolescents favorise la génération « des jeunes techniciens ». Passés ou encore inscrits dans l’enseignement supérieur, en particulier dans la filière STAPS, ces jeunes sont encouragés par des enseignants d’Éducation physique engagés dans les associations. On s’aperçoit que ces jeunes répondent à bien des attentes des dirigeants de clubs, en quête d’une image professionnelle pour leurs associations.

La contestation de la légitimité des « meneurs d’hommes » par les « jeunes techniciens » s’appuie sur des conceptions de l’apprentissage technique et tactique promues par les institutions académiques et fédérales. Sous l’effet de ces incitations, la génération des « jeunes techniciens » développe des aspirations professionnelles dans un espace régi par le bénévolat indemnisé. Leur position est paradoxale puisqu’ils sont valorisés par les dirigeants et, dans le même temps, ils se heurtent aux résistances de la génération des « meneurs d’hommes » et à une pénurie d’emplois sportifs.

Question bonus. Pourrais-tu résumer en quelques lignes ce qu’il faut retenir de ton travail sociologique ?

Grâce à cette enquête au long cours, j’ai compris que ce qui se joue à travers cet investissement du football – que ce soit pour le parents, les jeunes et les éducateurs – c’est l’aspiration à défendre une respectabilité. Cet enjeu est particulièrement visible au travers des scènes ethnographiques que j’analyse dans le dernier chapitre. Lors d’un déplacement dans l’est de la France, où les jeunes U17 de la SAC sont perçus comme une équipe de noirs et d’arabes du 93. Après de multiples provocations et une défaite de l’équipe du 93 : une bagarre générale éclate et reste pour nombre de mes enquêtés un des pires souvenirs de footballeurs. En effet, ce jour-là, les jeunes comme les entraîneurs se sont sentis rattrapés de manière inattendue par le « stigmate de la racaille » alors qu’ils avaient pris l’habitude d’être valorisés au cours de leur investissement sportif à travers lequel il s’était forgé une solide respectabilité.



Citer ce billet
Lise Cottet (2023, 26 février). 5 questions à Cyril Nazareth. Imbrications des rapports sociaux. Consulté le 14 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/q3yv

Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search