5 questions à Perrine Agnoux

Perrine Agnoux est docteure en sociologie depuis octobre 2022. Sa thèse intitulée « Du côté de chez soi. L’entrée dans la vie adulte des femmes de classes populaires dans les espaces ruraux. » a été co-dirigée par Sophie Pochic et Nicolas Renahy. Elle participe aujourd’hui à la série « 5 questions à » qui vise à mettre en avant les recherches des membres de l’axe « Imbrication des rapports sociaux : genre, classe, race » du Centre Maurice Halbwachs.

1. Quel est l’objet de ta thèse en quelques mots ?

Je travaille sur l’entrée dans la vie adulte de jeunes femmes de classes populaires dans les espaces ruraux. Ces espaces partagent un ensemble de caractéristiques communes telles que la surreprésentation des classes populaires, des inégalités de genre particulièrement fortes sur le marché du travail, l’éloignement d’un ensemble de services et des villes universitaires, un vieillissement démographique marqué ou encore la centralité de la voiture pour se déplacer. Les jeunes femmes y sont minoritaires par rapport aux jeunes hommes, en raison d’un écart de mobilité résidentielle, à cet âge associé aux études supérieures et à l’entrée sur le marché du travail. L’objet de la thèse était de comprendre pourquoi certaines jeunes femmes, contrairement à la majorité de camarades, restent vivre dans ces espaces. Par ce biais, il s’agissait plus largement de questionner les effets d’une configuration locale singulière sur la co-construction des rapports sociaux, à un âge clé dans la définition des positions sociales.

2. Qu’est-ce qui t’a amenée à faire cette thèse ?

J’ai réalisé mon mémoire de Master 2 de sociologie quantitative sur les déterminants des mobilités des jeunes au moment de l’insertion professionnelle. J’avais alors mené des entretiens exploratoires auprès de jeunes femmes résidant dans le département où j’ai grandi. Imprégnée d’un certain ethnocentrisme de classe, mon intérêt était alors surtout de repérer les obstacles à leurs aspirations au départ. En constatant l’attachement fort de ces jeunes femmes à l’espace local, ma question de recherche s’est finalement déplacée vers leur socialisation spatiale, la construction de leurs attachements territoriaux et les ressources dont elles disposent localement. Ces questionnements ont aussi été nourris par ma lecture des travaux qui mobilisaient la notion de capital d’autochtonie, et en particulier Les Gars du coin de Nicolas Renahy. Ces travaux portant essentiellement pour les jeunes hommes, je souhaitais interroger la distribution genrée de ce capital d’autochtonie et ses implications sur les parcours féminins.

3. Dans quels champs de recherche t’inscris-tu et quelles littératures mobilises-tu ?

Les travaux féministes matérialistes ont constitué une ressource centrale dans mon travail autour du genre du capital d’autochtonie, en tant que capital inégalement appropriable et nécessitant un travail d’accumulation. Ces études m’ont aussi donné les outils pour penser l’articulation entre genre et classe. Ma thèse prolonge ainsi les travaux de Françoise Battagliola sur les itinéraires d’entrée dans la vie adulte, puis plus récemment d’Armelle Testenoire, qui mettent bien en évidence l’amplification réciproque du genre et de la classe pour exclure certaines femmes du marché du travail. Ces questions de recherche m’ont aussi permis de me positionner vis-à-vis des travaux récents sur les évolutions des rapports de genre au sein des classes populaires.

Les enquêtes sur les jeunes hommes de classes populaires dans les espaces ruraux, et en particulier la thèse de Benoît Coquard, ont été un autre point d’appui majeur pour interroger la dimension spatiale des rapports sociaux et les inégalités de genre dans ces espaces. Ces études m’ont aussi incitée à interroger les effets du terrain d’enquête et du positionnement de l’enquêteur·rice sur les résultats obtenus. Deux enquêtes, dont les résultats ont été publiés au cours de ma thèse, ont également contribué à documenter les conditions de vie des jeunes femmes dans les espaces ruraux : celle de Yaëlle Amsellem-Mainguy et celle de Sophie Orange et Fanny Renard. Ces enquêtes par entretiens pointent de nombreux résultats similaires aux miens : l’ambivalence de l’interconnaissance et le contrôle social qu’elle exerce sur les sorties et sur la sexualité féminine, le travail domestique particulièrement important qui repose sur les femmes dès leur plus jeune âge dans des espaces caractérisés par la dispersion et la rareté des services publics (garde d’enfants, santé…), la forte implication des jeunes femmes dans le travail associatif, etc. J’ai également constaté certaines divergences, comme la moindre centralité des bandes de copines et des réseaux d’entraide amicaux. Ces différences tiennent à la fois aux populations enquêtées et aux méthodes employées, qui m’ont permis d’observer la place des amies au quotidien, au-delà des discours sur les bandes de copines du lycée. L’observation m’a en effet permis de pointer plusieurs décalages entre les discours recueillis et les pratiques. J’ai par exemple constaté une minimisation récurrente du travail domestique ou encore les faibles ressources que procurait le « piston », pourtant très présent dans les entretiens.

4. Peux-tu nous parler de ta méthodologie et du terrain de ton enquête ?

La méthode ethnographique, cumulant l’observation de scènes de sociabilités, scolaires, et des entretiens, s’est imposée en raison de mes questions de recherche : je souhaitais étudier simultanément l’ensemble des sphères de vie des jeunes femmes ainsi que leur socialisation spatiale. J’avais aussi l’ambition de suivre ces jeunes femmes et la faible maîtrise de leur temps libre impliquait que je sois disponible et sur place. J’ai pour cela résidé sur mon terrain d’enquête pendant près de deux ans. La plupart de mes connaissances d’enfance étant parties du département pour leurs études puis leur travail, les filières de baccalauréat professionnel médico-sociales, qui scolarisent la moitié des bachelières professionnelles du département, ont constitué une porte privilégiée. J’ai suivi cinquante-quatre jeunes femmes, pour la grande majorité anciennes élèves de ces filières recommandées par les enseignantes, leurs anciennes camarades de classes, amies ou collègues de travail. Des observations sur les réseaux sociaux ont aussi facilité ce suivi de cohorte et m’ont permis d’objectiver les éléments qui définissent la réussite sociale pour ces jeunes femmes.

Mon ethnographie d’une cohorte de lycéennes est armée par les statistiques à plusieurs titres. Tout d’abord, des données de contextualisation à l’échelle départementale ont permis de mettre en évidence les spécificités du terrain enquêté parmi les espaces ruraux, étape indispensable pour la comparaison avec d’autres terrains et pour la montée en généralité. De plus, les résultats observés sur le terrain ont pu être éprouvés à d’autres échelles grâce à des enquêtes nationales comme l’ENRJ, qui m’a permis de montrer que les jeunes femmes de classes populaires occupent une place particulièrement centrale dans l’entraide familiale dans les espaces ruraux, et ce malgré une autonomisation résidentielle particulièrement précoce, liée à l’installation en couple. Enfin, certains traitements statistiques m’ont permis d’arriver à des résultats puis de les préciser au prisme de mon terrain. Après avoir effectué, à partir d’une enquête nationale, une typologie des trajectoires d’insertion des sortantes de baccalauréat professionnel, j’ai par exemple pu préciser les mécanismes expliquant la divergence des itinéraires à partir du terrain d’enquête.

5. Quels sont les principaux résultats de ta thèse ?

Un premier résultat est le rôle de l’institution scolaire dans l’attachement de ces jeunes femmes à « leurs coins » et dans l’inculcation d’une éthique du care. En valorisant le travail relationnel auprès des personnes âgées, les enseignantes réorientent les aspirations de ces jeunes femmes vers un secteur pourvoyeur d’emploi localement. En transmettant une « vocation » pour le soin aux élèves, l’enseignement professionnel favorise la stabilisation dans l’emploi des jeunes femmes, qui endurent des conditions de travail et d’emploi particulièrement dégradées à l’entrée sur le marché du travail. Toutefois, il facilite aussi l’exploitation de leur travail gratuit et la naturalisation de leurs compétences.

Cette ambivalence caractérise plus largement l’inscription dans l’espace local de ces jeunes femmes. Les effets de l’interconnaissance, à double tranchant, se traduisent par exemple par leur segmentation volontaire des sphères de vie. De plus, le capital d’autochtonie familial dont bénéficient les plus dotées de ces jeunes femmes n’est qu’un capital par procuration, rattaché avant tout à leurs pères, frères puis compagnons et dont elles retirent, à cet âge de la vie, des bénéfices résiduels (petits boulots, loyer avantageux, bonne réputation qui permet de résister à l’injonction à « se poser » en couple, etc.).

Cette ambivalence est également inscrite dans l’idéal d’installation, modèle de réussite social alternatif aux études supérieures à cet âge de la vie et qui constitue un autre grand résultat de la thèse. Dans un contexte où le marché immobilier et matrimonial leur est plutôt favorable, ces jeunes femmes opèrent un retournement du stigmate et valorisent, par rapport aux étudiantes qu’elles ont côtoyées et suivent toujours sur les réseaux sociaux, l’installation rapide et durable plutôt que l’expérimentation qui caractérise la jeunesse. Très attachées à l’activité féminine, ces jeunes femmes mettent ainsi en avant leur accession à l’emploi stable puis à la propriété et à la maternité. Elles valorisent leur autonomie matérielle précoce et le franchissement ordonné de ces seuils, en mettant à distance les jeunes mères inactives.

Cet idéal d’installation n’est toutefois pas accessible à toutes et rappelle la centralité des ressources parentales au moment de l’entrée dans la vie adulte dans les espaces ruraux. Les filles des familles précarisées apparaissent particulièrement entravées dans leur accès à l’emploi, cumulant des obligations domestiques auprès de leur entourage (proches malades, garde de petits frères et sœurs), mauvaise réputation familiale et absence d’aide pour accéder au permis et à un véhicule. Dans ces espaces caractérisés par la dispersion des services publics, la centralité de la voiture pour se déplacer, la précarisation de l’emploi féminin peu qualifié, les filles des classes populaires sont parfois durablement mises au ban du salariat stable.



Citer ce billet
Lise Cottet (2023, 12 mars). 5 questions à Perrine Agnoux. Imbrications des rapports sociaux. Consulté le 14 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/q3yw

Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search