5 questions à Manon Torres

Manon Torres est docteure en sociologie depuis décembre 2022. Sa thèse intitulée « Administrer l’égalité. Construction, articulation et conduite des politiques catégorielles de la ville de Paris » a été co-dirigée par Laure Bereni et Patrick Simon. Elle participe aujourd’hui à la série « 5 questions à » qui vise à mettre en avant les recherches des membres de l’axe « Imbrication des rapports sociaux : genre, classe, race » du Centre Maurice Halbwachs.

1. Quel est l’objet de ta thèse en quelques mots ?

Ma thèse parle des politiques catégorielles d’égalité de la mairie de Paris. Ce sont des politiques qui visent à réduire les inégalités vécues par des catégories spécifiques de la population. J’explore ainsi l’action publique municipale en matière de genre, de race, de sexualité et de handicap. Ma façon d’étudier ces programmes est de m’intéresser au travail administratif, au quotidien des agents qui les mettent en place. Il a fallu délimiter un objet aux frontières flottantes et prendre en compte les services, les élues mais aussi les associations qui reçoivent des subventions au titre de ces politiques. L’enjeu théorique derrière la thèse est de s’interroger sur ce que le référentiel de l’anti-discrimination produit sur des politiques qui se sont développée de façon segmentée et hétérogène. Je me concentre particulièrement sur les dispositifs, le travail et à sa politisation, la façon de cadrer les problèmes et les clivages idéologiques.

2. Qu’est-ce qui t’a amenée à faire cette thèse ?

D’une part, un parcours en sciences sociales à Dauphine m’a familiarisée avec la sociologie de l’État, des institutions et du travail. D’autre part, des lectures et expériences militantes ont m’ont fortement sensibilisée au sexisme, au racisme, à l’islamophobie. C’est la conjonction des deux qui a mené à cette thèse. J’ai fait d’abord deux enquêtes de master sur l’accompagnement à l’emploi et sur la prise en compte des discriminations que peuvent vivre les femmes, en particulier musulmanes, dans ce cadre. Le rapport au droit antidiscriminatoire était central, je me demandais comment est-ce que les conseilleres à l’emploi comprennent et s’approprient ce droit, dans le cas du port du hijab notamment. Comment est-ce que l’interdiction des discriminations religieuses se confronter à la perception d’une pseudo-obligation générale de neutralité, même en entreprise ? L’accès au terrain à la mairie de Paris dans le cadre d’un contrat Cifre a fait que j’ai envisagé un objet plus large, qui concerne une variété de formes de discriminations.

3. Dans quels champs de recherche t’inscris-tu et quelles littératures mobilises-tu ?

C’est une thèse de sociologie de l’action publique. Mais à mon arrivée sur le terrain, mon cadre théorique était celui de la sociologie du droit. Je m’intéressais à la façon dont des agentes s’appropriait le cadre juridique et politique de la lutte contre les discriminations. La sociologie des discriminations ainsi que les Legal Consciousness Studies ont été déterminantes de ma façon de mener l’enquête. Puis, progressivement, le terrain m’a poussée à me distancier de ce cadre analytique (avant d’y revenir à la fin de l’écriture) pour aborder les enjeux propres à chacune de ces politiques : l’égalité de genre, l’ « intégration » des étrangeres et les questions de handicap notamment ne se sont pas institutionnalisées de la même manière. Elles se sont développées par le biais de paradigmes distincts de l’anti-discrimination – tels que la protection sociale par exemple – et c’est justement cet enchevêtrement qui m’intéresse.

Finalement, cette recherche cherche à dialoguer avec la sociologie des politiques publiques et de l’administration qui, traditionnellement, ne s’est pas intéressée frontalement aux questions minoritaires. Elle croise également la sociologie du travail et la sociologie de l’engagement et des mouvements sociaux : c’est le fait de se situer à se l’intersection entre mouvements et institutions qui permet d’alimenter les travaux qui ont porté sur celles et ceux qu’on appelle les « militantes de l’intérieur ».

4. Peux-tu nous parler de ta méthodologie et du terrain de ton enquête ?

L’enquête est une ethnographie de l’action publique, par le biais d’une immersion de quatre ans dans un service de la mairie, nommé ici le Service de l’égalité, ou SDE. Celui-ci est responsable des politiques dites d’égalité femmes-hommes, de lutte contre les discriminations et d’intégration des étrangers, et je l’ai rejoint comme doctorante en contrat Cifre en 2018. Le matériau constitué est de trois formes : les observations collectées au fil de la présence sur le terrain, les documents administratifs auxquels j’ai eu accès et 80 entretiens approfondis. Ces entretiens ont été mené avec des agents administratifs de différents services, des élues et membres de leur cabinet et des travailleurs associatifs, responsables de structures financées par la municipalité au titre des politiques d’égalité.

Pour examiner les politiques d’égalité qui dépassent le périmètre du SDE, il a fallu procédé par cercles concentriques, en s’intéressant aux politiques catégorielles qui appartiennent au monde des politiques sociales, à savoir à Paris, la politique du handicap et la politique à destination des exilées, mises en place par d’autres services. Le travail mené a donc été fondamentalement inductif et c’est l’enquête ethnographique qui a permis de problématiser les situations observées dans les différents cas.

5. Quels sont les principaux résultats de ta thèse ?

Elle montre que les politiques catégorielles d’égalité donnent lieu à des hybridations entre différents référentiels d’actions publiques. Celui de l’anti-discrimination traverse chacune d’entre elles mais ne les structure pas de la même manière, et elles demeurent ancrées dans des traditions d’intervention publique différentes. J’ai constaté que les deux politiques qui s’appuient exclusivement sur le droit antidiscriminatoire sont les plus fragiles. Ce sont celles qui s’adressent aux personnes LGBT+ et aux personnes racisées : deux groupes sociaux pour lesquels la reconnaissance d’une expérience minoritaire, qui fonde une appartenance de groupe, est la moins acceptée dans les discours publics. Arrimés uniquement au référentiel de la lutte contre les discriminations, ces programmes manquent d’un cadre juridique et politique ancien, qui structurerait et légitimerait leur développement.

La comparaison permet donc d’identifier trois déterminants de l’institutionnalisation d’une politique catégorielle d’égalité : le cadre réglementaire (dans le cas pour la politique du handicap), l’existence d’un espace de cause (dans le cas de la politique envers les femmes) et la rentabilité électorale (dans le cas de la politique envers les personnes LGBT+). En ce sens, la politique en direction des minorités ethno-raciales apparaît comme orpheline : elle ne peut s’appuyer sur un cadre juridique autre que celui de l’anti-discrimination ; il n’existe pas d’espace de la cause antiraciste qui inclurait des militantes situés à l’intérieur des institutions ; et le public ne constitue pas un groupe dont les politiques cherchent à représenter les intérêts. Au contraire la cause antiraciste représente un risque, pour qui s’en empare, d’être exclu·e des frontières du cadre républicain. Ainsi, les victimes de racisme sont le seul groupe minorisé qui ne peut agir en son nom propre, la catégorie de « personnes racisées » est indicible du point de vue institutionnel, et cette impossible continuité entre la cause et l’identité constitue la barrière principale des politiques en matière de race. La continuité du mécanisme discriminatoire ne permet pas d’harmoniser les réponses institutionnelles aux inégalités.



Citer ce billet
Lise Cottet (2023, 27 mars). 5 questions à Manon Torres. Imbrications des rapports sociaux. Consulté le 14 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/q3yx

Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search