5 questions à Linda Haapajärvi

Linda Haapajärvi est docteure en sociologie depuis juin 2018. Sa thèse intitulée « Le passage à la citoyenneté. Analysée comparée des politiques d’intégration des femmes migrantes en France et en Finlande » a été dirigée par Serge Paugam. Elle participe aujourd’hui à la série « 5 questions à » qui vise à mettre en avant les recherches des membres de l’axe « Imbrication des rapports sociaux : genre, classe, race » du Centre Maurice Halbwachs.

1. Quel est l’objet de ta thèse en quelques mots ?

Ma recherche doctorale portait sur la mise en pratique des politiques d’intégration des femmes migrantes en France et en Finlande. Je m’intéressais plus particulièrement à leur démarche participative, ce qui impliquait la finalité de transformation des femmes migrantes, supposées en état de passivité et d’ignorance, en des membres actives et mobilisées de leur communautés résidentielles – selon des idéaux moraux de citoyenneté féminine spécifiques aux contextes français et finlandais. Je poursuivais trois directions d’enquête : l’interrogation sur l’émergence la démarche participative d’intégration et les mutations des politiques sociales plus globales qu’elle traduit, l’analyse des pratiques concrètes de travail social auxquelles cette approche donne lieu ainsi que de la réception par les femmes des politiques qui les ciblent.

2. Qu’est-ce qui t’a amenée à faire cette thèse ?

Après un master de sociologie à l’EHESS et son mémoire portant sur les églises évangéliques dans les quartiers populaires de Paris et Helsinki, j’ai obtenu le contrat doctoral de l’EHESS pour la réalisation d’une thèse sur les relations interethniques qui trament les solidarités vicinales, toujours, dans les quartiers populaires. Mon enquête au sein des églises évangéliques m’avait de plus sensibilisé à la dimension genrée des processus d’adaptation des migrants à leurs sociétés d’installation, des liens qui les attachent aux autres. Sur le terrain, je tombais assez vite sur des femmes qui prenaient part à des activités collectives qui leur était proposés par les maisons de quartier, et cela à Paris et à Helsinki. J’étais prise par ces femmes et par les différences saisissantes dans les dispositifs concrets de politiques publiques qui les visaient, politiques qui sur le papier paraissaient comme très similaires. Je voulais comprendre pourquoi la citoyenneté active et impliquée à l’échelle du quartier, principe promu par ces politiques, s’exprimait par des pratiques concrètes aussi différentes. Alors que les femmes migrantes étaient invitées à prendre part à un atelier d’écriture à visée émancipatrice sur mon terrain français, à Helsinki elles étaient enjointes à « faire famille » avec d’autres mères d’enfants à bas âge au sein d’une maison de quartier censée simuler un « foyer finlandais ordinaire » selon les mots des professionnels du travail social.

3. Dans quels champs de recherche t’inscris-tu et quelles littératures mobilises-tu ?

Puisque les interventions des travailleurs sociaux ciblaient le lien qui attache les femmes migrantes aux autres, j’ai mobilisé des travaux qui permettent d’ouvrir à l’analyse les liens, leur constitution à l’échelle des interactions et en présence des répertoires moraux situés. Dans cette perspective, j’ai allié les analyses des liens sociaux de Serge Paugam, mon directeur de thèse, aux travaux interactionnistes étasuniens, de Goffman, Hochschild, Eliasoph & Lichtermann notamment. J’ai mobilisé des outils de la cultural sociology sensibles au rôle que jouent les processus de « meaning-making » dans la production des inégalités sociales, dans le sillage des travaux de Michèle Lamont. J’ai également inscrit ma recherche dans une interrogation sur les transformations de l’État-social et des analyses intersectionnelles des processus de catégorisation des publics des politiques sociales.

4. Peux-tu nous parler de ta méthodologie et du terrain de ton enquête ?

Le pari que j’ai fait a été de mener une recherche ethnographique comparée : je voulais comparer la mise en pratique et la réception des politiques d’intégration participative en partant d’une étude de cas réalisé en région parisienne et une autre à Helsinki. L’observation participante au sein des maisons de quartier de Tiercy et de Kamppila forme la chair de mon enquête. Je participais pendant un an à l’atelier d’écriture organisé à Tiercy et au café des résidants de Kamppila des côtés des femmes du quartier pour observer, in situ, les tentatives des travailleurs sociaux de tisser des liens et un attachement au quartier entre les femmes mobilisées, ainsi que l’appropriation par ces dernières des politiques qui les visaient que j’ai cherché à inscrire dans leur situations de vie ordinaire. Donc, les notes d’observations copieuses, répétées, forment le cœur de mon corpus empirique, complémentés par des entretiens avec les travailleurs sociaux, des femmes migrantes mobilisées et d’autres habitants des quartiers en question. Pour restituer ces cas dans leur contexte national, historique et (socio)politique, j’ai aussi analysé des documents politiques qui dressent les grandes lignes de la démarche participative d’intégration. Cela était important du point de vue de la généralisation, toujours partielle et prudente, des résultats forgés à l’appui des études de cas vers les contextes nationaux.

5. Quels sont les principaux résultats de ta thèse ?

Cette recherche m’a permis de forger trois contributions aux travaux antérieurs sur l’immigration, le genre et les politiques d’intégration. Premièrement, j’ai forgé la notion de « travail d’attachement » pour opérationnaliser l’analyse des pratiques concrètes auxquelles font recours les travailleurs sociaux mettant en pratique la démarche participatives : la construction des identités collectives, l’orchestration des émotions et l’extension des pratiques de care du petit groupe vers le quartier. L’analyse de ces pratique, dans leur contexte institutionnel, fournit les clés de compréhension non seulement de comment se produit le lien entre les femmes et le quartier mais aussi du teint moral qui lui est donné dans chaque contexte. Mon enquête produisait des résultats assez paradoxaux notamment sur le cas finlandais, ce pays étant souvent imaginé comme très progressiste en termes d’égalité femmes-hommes. Or, les racines maternalistes de l’État-social finlandais interagissaient fortement à la maison de quartier de Kamppila avec la représentation des femmes migrantes par le prisme des rôles de genre traditionnels et aboutissaient à des tentatives de les transformer en des « mères de quartier » qui éprouvent des sentiments d’intimité et d’horizontalité – sentiments qui collent à l’idée politique d’égalité dans le pays nordique – à la maison de quartier et se portent volontaires à prendre soin de leur espace résidentiel. Deuxièmement, elle interroge les mécanismes de production des effets d’exclusion par les politiques participatives qui se veulent démocratiques et inclusives. J’ai souligné l’effet de catégorisations ethniques, de genre et de classe mobilisées par les agents publics qui mettent en œuvre les politiques d’intégration participatives comme une source des conceptions de citoyenneté qui aboutissent à des pratiques excluantes, et cela non seulement à l’égard des femmes migrantes mais aussi des femmes dont les pratiques ordinaires, de parenté notamment, s’écartent des normes des classes moyennes. Troisièmement, j’ai utilisé la notion de « tactiques de participation », inspirée de Certeau, pour montrer comment les individus ciblés par les interventions de politiques publiques inscrivent les dispositifs qu’ils rencontrent dans leur vie quotidienne et parviennent, parfois, à les utiliser « autrement », pour avancer des objectifs qui dépassent les visées stratégiques des politiques et que les travailleurs sociaux peuvent ignorer, tolérer ou réprimer.



Citer ce billet
Lise Cottet (2023, 10 avril). 5 questions à Linda Haapajärvi. Imbrications des rapports sociaux. Consulté le 28 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/q3yy

Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search