Compte rendu de la Journée de l’axe GCR (21 mai 2024)

Compte rendu de la Journée de l’axe « Imbrication des relations sociales : genre, classe, race », 21 mai 2024, Centre Maurice Halbwachs, ENS – Campus Jourdan, Paris.

Le 21 mai 2024, s’est tenue, à Paris, la Journée de l’axe « Imbrication des rapports sociaux : genre, classe race » (GCR), une rencontre qui a permis de réunir près d’une trentaine de chercheurs et chercheuses affilié.e.s à cet axe de recherche du Centre Maurice Halbwachs. Cette rencontre organisée par Yasmine Berriane, Malik Hamila, Manon Piazza et Etienne Penissat s’est déroulée en quatre temps : le matin, deux panels, l’un consacré à la présentation de deux thèses et l’autre réunissant des recherches en cours autour du thème « corps stigmatisés, corps racisés » ; l’après-midi, un atelier consacré aux politiques de terrain des membres de l’axe suivi d’un échange sur la vie de l’axe (programme complet). Nous proposons ici une présentation synthétisée des trois principales séquences thématiques de cette rencontre.

1-    Présentation et discussion de deux recherches doctorales 

Le premier panel, modéré par Manon Piazza, a été consacré à la présentation de deux thèses, l’une récemment soutenue (par Helène Demilly, dont la présentation a été discutée par Laure Beaulieu) et l’autre sur le point de l’être (par Aurélia Ishitsuka, dont la présentation a été discutée par May Khattab).

Dans un premier temps, Aurélia Ishitsuka a présenté la thèse qu’elle compte soutenir à l’automne 2024 avec, comme titre, La belle vie, un concept utile pour saisir l’expérience expatriée. Réflexions à partir d’une ethnographie auprès de jeunes professionnel.les à Shanghai. Dans cette recherche de sociologie menée sous la direction de Sophie Pochic et Marylène Lieber, Aurélia propose – à partir du concept de «belle vie» – d’éclairer les transformations qui traversent l’expatriation vers des villes globales au centre du capitalisme financier comme Shanghai. L’ethnographie de longue durée menée par Aurélia Ishitsuka révèle que des continuités persistent entre la nouvelle génération de jeunes professionnel.les internationaux.ales et les cadres séniors bénéficiant d’un package d’expatriation. Ces deux catégories partagent une expérience facile et confortable que ne vivent pas les jeunes Chinois·es qu’iels côtoient au quotidien. Mais si cette expérience est plaisante, elle ne correspond pas à la conception dominante de la « vie bonne ». Celle-ci repose, dans nos sociétés orientées vers la quête de la réalisation de soi, sur les valeurs d’effort et d’authenticité. La « vie bonne » contrasterait ainsi avec la « belle vie » qui serait faite de biens matériels (confort) et symboliques (reconnaissance) perçus comme génériques et faciles. Aurélia Ishitsuka montre qu’à la différence des migrant·es en quête d’une «vie bonne» et qui doivent démontrer qu’iels ne déguisent pas un désir de poursuivre une « belle vie », les expatrié·es sont tenu·es de prouver qu’iels méritent leur « belle vie », en affichant qu’elle est subordonnée à leur projet professionnel.

Envisagée de la sorte, l’expérience expatriée apparaît autant comme un mode de vie privilégié que comme un dispositif d’engagement dans le capitalisme. Les jouissances immédiates jouent un rôle clef dans l’orientation des diplômé·es vers de nouveaux marchés dans un monde du travail caractérisé par un capitalisme du projet où l’avenir est incertain. La morale joue également un rôle certain dans la dissuasion de l’adoption de modes de vie alternatifs non soumis à l’impératif d’accumulation. Pour expliquer comment se maintient une vie facile et confortable dans un contexte marqué par la baisse du nombre de contrats expatriés, la montée des diplômé·es formé·es à l’étranger et la hausse du coût de la vie, Aurélia Ishitsuka montre qu’il faut prendre en compte toutes les formes d’investissements opérées par un réseau d’acteurs variés qui participent à la fabrique de la « belle vie » de ce groupe social qu’on appelle les expats.

La thèse de Hélène Demilly, intitulée La mixité en ordre de marché. Genre et modernisation dans une banque coopérative a été soutenue en décembre 2023. Cette recherche dirigée par Laure Bereni pose la question suivante: comment les organisations participent-elles à construire le sens de l’égalité entre les femmes et les hommes ? Il s’agit ainsi d’interroger la diffusion des idées féministes dans les classes moyennes et supérieures, saisies par le prisme du travail, en croisant trois axes de recherche: le genre dans les organisations, les politiques managériales d’égalité, et l’appropriation des idées féministes. Employant une approche monographique, la méthodologie conjugue observation ethnographique auprès de la Mission Mixité d’une banque coopérative, et entretiens avec des cadres et salarié·es.

La thèse se divise en quatre parties, qui correspondent à des temps de développement de la Mission Mixité : son émergence dans un contexte où la modernisation de l’entreprise constitue une fenêtre d’opportunité politique pour des actrices sensibles à la cause des femmes ; la constitution d’un nouveau groupe d’acteur·trices chargé·es de concevoir et porter cette politique ; la mise en œuvre de la mixité, qui entend réformer les subjectivités des salarié·es ; et enfin, les appropriations différenciées qu’en font les salarié·es. Trois résultats principaux se dégagent de ce travail. Helène Demilly montre, d’abord, que la mixité est le produit des jeux d’acteur·trices qui traversent l’organisation. C’est ainsi qu’une mobilisation de femmes cadres finit, par exemple, par rencontrer l’intérêt d’un DRH qui veut valoriser son service. Elle souligne, ensuite, que le «féminisme néolibéral» (C. Rottenberg, 2018) est mobilisé en soutien des transformations managériales, alors que, jusqu’ici, les recherches insistaient plutôt sur le fait que ces politiques étaient adoptées de manière contrainte par les organisations. L’enquête montre, en effet, que l’instauration de cette politique est aussi conforme aux intérêts des dirigeants, qui la mettent au service de leurs propres desseins. Enfin, la thèse montre que l’organisation constitue bien une instance de socialisation aux idées féministes, d’autant que les cadres interrogé·es se tiennent à distance des mouvements sociaux, mais les appropriations qu’elles et ils en font varient selon le genre, la classe et l’appartenance organisationnelle.

2-    Panel : Corps stigmatisés, corps racisés

La deuxième séquence, consacrée au thème « Corps stigmatisés, corps racisés », a été animée par Théo Rougnant et Bleuwenn Lechaux qui ont présenté leurs recherches en cours et par Etienne Penissat qui a modéré le panel et discuté ces deux présentations.

La présentation de Théo Rougnant était intitulée « Normaliser des styles de vie : La différenciation sociale des patient.es dans un service de prise en charge de l’obésité ». Cette communication repose sur une recherche doctorale en cours en sociologie de la santé, dirigée par Séverine Gojard et Sylvain Ferez. Théo Rougnant y explore comment les professionnel.les en médecine de l’obésité évaluent leurs patient.es et quelles sont les conséquences de ces évaluations sur la prise en charge de ces derniers. Il rappelle, dans un premier temps, que la médecine de l’obésité repose principalement sur la modification des comportements alimentaires et de l’activité physique des patient.es. Quelles inégalités sociales sont produites dans cette prise en charge de l’obésité ? Pour aborder cette question, Théo a mené, pendant 5 mois, une enquête (par observation et entretiens) dans un service de nutrition spécialisé situé dans un hôpital francilien et reconnu comme un centre expert de l’obésité.

Sur la base de ces matériaux, il montre que la prise en charge de l’obésité dans ce service médical tend, par ses modes de catégorisation des patient.es, à reproduire et renforcer certaines inégalités sociales, de genre, de classe et de race. Les professionnel.les évaluent la capacité des patient.es à adopter des comportements conformes aux normes de santé, notamment d’alimentation : les patient.es dont les habitudes alimentaires et de vie sont perçues comme culturellement différentes ou difficiles à modifier sont souvent jugé.es plus complexes à prendre en charge. Toutefois, et contrairement à d’autres secteurs de la médecine, ce ne sont pas les patient.es qui correspondent parfaitement aux normes attendues qui sont les plus valorisé.es: une « juste déviance » aux normes est attendue, en ce qu’elle permet aux professionnel.les de confirmer leur expertise et de démontrer leurs compétences dans le fait de modifier des habitudes de vie. La capacité des patient.es à présenter clairement leur mode de vie est également cruciale, puisque les consultations médicales reposent sur leur compréhension via des interrogations orales, engageant ainsi un certain rapport au langage et aux catégories médicales socialement classées et typique d’un « gouvernement des corps par la parole » (Memmi, 2003) favorable aux classes moyennes et supérieures. Enfin, deux catégorisations genrée et classée des patient.es apparaissent, produites dans la rencontre entre des socialisations genrées et classées de ces dernier.ères et des modes de perception et de jugement des soignant.es. Là où les hommes sont accusés de présenter un excès d’hédonisme et une absence de contrôle de leur alimentation, les femmes de classes moyennes sont rappelées à l’ordre du fait d’un excès de contrôle risquant d’entrainer des « craquages », modulant ainsi, selon le genre et la classe, les conseils et recommandations constituant une grande partie de la prise en charge.

La présentation de Bleuwenn Lechaux repose également sur une recherche en cours. Elle est intitulée « Nommer, montrer et citer les morts: Black Lives Matter et les ‘bonnes formes’ d’actions artistiques ». Elle a pour objet l’engagement d’artistes au sein d’un mouvement social mobilisé contre les violences infligées à des membres d’un groupe minorisé : Black Lives Matter [BLM], fondé aux États-Unis en 2013 par Alicia Garza, Patrisse Cullors et Opal Tometi notamment pour combattre les violences policières ciblant les personnes noires. Bleuwenn propose d’en décrypter une dimension particulière : celle du répertoire de la mort déployé par des artistes militant·e·s entre 2014 et 2023. Comment user du pouvoir d’évocation conféré par l’art pour grandir celles et ceux qui ne sont plus sans excessivement se mettre en scène ? Ce questionnement porte à poser un regard renouvelé sur la notion de «performances contestataires» proposée par Charles Tilly (2008), et ce de deux manières. Il interroge, tout d’abord, la sociologie de l’action collective qui a encore peu envisagé la manière dont les performances peuvent être travaillées par le rapport de «racialisation». Autrement dit, comment le positionnement dans les rapports sociaux de race peut, de même que la culture d’un groupe, ses ressources ou encore l’attitude de ses adversaires, façonner les formes d’action collective ? Ensuite, l’abondante littérature dont on dispose désormais sur les usages militants de l’art a enrichi la compréhension de l’usage de ressources artistiques à des fins militantes.  Sur ce point, les analyses dont on dispose sur les performances contestataires visant à rendre visibles les morts tout en protestant sont particulièrement fécondes. Dans le cas de Black Lives Matter, elles permettent de se poser la question de ce que l’on peut montrer de celles et ceux qui ne sont plus. L’émergence de Black Lives Matter amène pourtant à saisir cette question à nouveaux frais: quelle « bonne forme » peut prendre un engagement visant à honorer les morts lorsque l’on n’appartient pas au groupe racialisé ciblé par les violences policières perpétrées en majorité par le groupe auquel on est rattaché ? En se fondant sur 63 entretiens avec les membres de différents collectifs militants et plus spécifiquement l’un d’eux – « Reverend Billy and the Church of Stop Shopping » – Bleuwenn a alors décliné sa présentation en deux temps : 1. « La bonne forme pour les mort·e·s minorisé·e·s : visibiliser, grandir, consacrer, sanctifier » et 2. « La bonne forme pour les vivant·e·s : rester à sa place ».

3-    Atelier : Pratiques d’enquête et politiques de terrain : Atelier de discussion

La troisième séquence de cette rencontre a été consacrée à l’organisation d’un atelier de discussion autour des pratiques d’enquête et des politiques de terrain des membres de l’axe. Deux thèmes se sont principalement dégagés ici : celui des émotions et celui de la réputation de la chercheuse et du chercheur. Cette discussion modérée par Malik Hamila et Yasmine Berriane était organisée autour de trois interventions suivies de discussions entre les membres.

Dans son intervention intitulée « Emotions et sensibilité dans la recherche en sciences sociales », Saba Le Renard revient sur l’enquête par entretiens qu’iel a menée, de 2020 à 2024, auprès de personnes qui ont subi des violences sexuelles, en France, et qui, pour la plupart, appartiennent à des minorités sexuelles et de genre. Les entretiens ont été menés avec 29 participant.es, ils portent sur l’après des violences et chaque personne est interviewée deux fois à un an d’écart. A partir de cette expérience, Saba interroge ce que nous faisons de nos émotions à différentes étapes des recherches. Certaines recherches impliquent une intensité émotionnelle particulière, de par le sujet (notamment les violences sous leurs diverses formes), la méthodologie choisie (entretiens, ethnographie), l’éventuelle proximité avec les personnes enquêtées ou encore leur position dans les hiérarchies sociales. L’intensité émotionnelle peut se manifester de diverses manières et à différentes étapes : le recrutement des participant.es, les entretiens, la réécoute et la transcription des entretiens, les lectures, l’analyse, l’écriture, les interventions en public. Saba Le Renard propose de prêter attention aux états émotionnels qu’engendre la recherche. Il ne s’agit ni de les pathologiser, ni de minimiser les difficultés et risques en termes de santé au travail qu’ils soulèvent. Durant son intervention, iel partage quelques pistes qu’iel a trouvées pour traverser émotionnellement ce type de recherche – sans prétendre que ce soit facile. Plutôt que de dénier, rejeter ou invisibiliser ces états émotionnels, iel souligne l’intérêt de les analyser et de développer la sensibilité comme instrument de connaissance en sciences sociales.

A la suite de cette première intervention, Mallaury Bolanos, revient sur son expérience au sein d’un groupe d’analyse des pratiques de recherche sur les violences sexuelles initié par des doctorant·es et des post-docs entre 2020 et 2022 à l’Iris (bien que tous·tes les participant·es n’étaient pas de ce laboratoire). Le groupe était supervisé par une docteure en psychologie et en sociologie, qui dispose d’une longue expertise professionnelle sur les troubles relatifs aux états de stress post-traumatique – incluant les traumatismes vicariants (c’est-à-dire les traumatismes secondaires ou « par procuration », développés au contact de personnes elles-mêmes traumatisées) – a fortiori dus à des violences sexuelles. En plus de cette professionnelle, nous étions six doctorant·es et deux post-docs. Le nombre maximum de huit participant∙es avait été fixé par l’encadrante. Ce collectif était stabilisé sur l’année afin de favoriser une dynamique de groupe bienveillante et sécurisante. Les séances collectives duraient deux heures et avaient lieu toutes les trois semaines environ. Les séances s’ouvraient sur un tour de table où chacun·e pouvait s’exprimer sur son état d’avancement. La majorité des séances, un∙e ou deux participant∙es partageai(ent) ensuite une situation de recherche récente et précise à la réflexion et à la discussion collective. Certaines séances étaient dédiées à la transmission d’outils issus de la discipline psychologique par l’encadrante.

Pour Mallaury, une motivation d’intégrer ce dispositif tient aux effets de l’exposition à des expériences observées, des récits (oraux ou écrits) de violences sexuelles, sur les participant.e.s en tant que chercheur·es. Ces effets doivent par ailleurs être regardés à l’aune du statut de doctorant·es (et de post-doctorant·es ou de jeunes chercheur·es sans poste), qui conditionne – et souvent entrave – l’accès matériel à un soutien psychologique régulier. À ce propos, une des raisons d’être d’un tel dispositif est de redonner une dimension collective aux enjeux psychologiques liés au travail de recherche en terrain et sur des objets sensibles, au vu de trois arguments. D’abord, un argument matériel : si on considère que ces enjeux relèvent de la santé au travail, il n’y a pas de raison que l’accès au soin soit exclusivement tributaire des ressources personnelles des doctorant·es. Un argument scientifique, ensuite : si on considère les conditions de possibilité de la jeune recherche sur les violences sexuelles comme faisant partie intégrante de la production du travail doctoral. Enfin, un argument plus politique qui s’inscrit dans la continuité des réflexions issues des épistémologies féministes, qui soutiennent la nécessité de mettre en commun les expériences de l’oppression, de les politiser, de les sortir du privé, de dépasser leur psychologisation et donc leur individualisation. Aussi, Mallaury pense que le dispositif de supervision présenté ici constitue une réponse possible à ce double enjeu de prendre au sérieux les effets psychologiques induits par une exposition régulière à la violence, subie directement ou indirectement ; tout en ne réduisant pas ces enjeux à des problèmes ou difficultés individuel·les.

Dans son intervention, Marwan Mohammed revient, tout particulièrement, sur la réputation du chercheur et de la chercheuse en partant de l’enquête qu’il mène sur la criminalité organisée en France. Ses réflexions et analyses découlent du constat que la réputation des chercheur.es les précède, que celle-ci est soit personnelle (associée aux faits, propos, et aux opinions, réels ou présumés, qui leurs sont imputés) ou bien personnifiée (une rationalité associée à la position sociale, à l’apparence, à l’origine, à la fonction, etc..). Il montre comment sa réputation a joué un rôle clef dans la réalisation de cette recherche, soit parce que ses interlocuteurs ont pris le temps de se renseigner à son sujet, soit parce qu’il est connu de part ses écrits et prises de position. Selon les cas, sa réputation lui a tantôt facilité l’accès à certains espaces, tantôt fermé d’autres. Ces premières expériences l’ont progressivement amené à anticiper davantage la gestion des effets de réputation dans la préparation, la gestion et l’exploitation des données tirées de ses enquêtes. Dans un second temps, la discussion a aussi permis d’aborder la question des sollicitations par les médias et de l’exercice difficile que cela peut représenter pour le chercheur et la chercheuse, notamment en termes de réputation.


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Yasmine Berriane (16 juin 2024). Compte rendu de la Journée de l’axe GCR (21 mai 2024). Imbrications des rapports sociaux. Consulté le 17 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/11u20


Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search