Des féminismes noirs en contexte (post)impérial français ? Histoires, expériences et théories

Ce colloque organisé par Jennifer Boittin, Jacqueline Couti, Lucia Direnberger, Silyane Larcher, Rose Ndengue et Myriam Paris a donné lieu à une allocution inaugurale, présentée par Silyane Larcher ; deux conférences d’ouverture, la première présenté par Fatou Sow et intitulée « Féminismes noirs, féminismes africains, féminismes en Afrique : questionnements, doutes, controverses et certitudes » et la seconde présentée par Stéphanie Mulot et intitulée « Ni Poto Mitan, ni féministes ? Dilemmes identitaires, modernité et nouvelles ontologies féminines en Guadeloupe au 21ème siècle » ; et 35 présentations de chercheuses et chercheurs d’universités françaises, sénégalaises, états-uniennes, britannique, camerounaise, canadienne, guyanaise, nigériane, sud-africaine, tunisienne et suisse.

Ce colloque se donnait trois grands objectifs. Le premier était de rompre avec un récit scientifique androcentré, eurocentriste et national de l’histoire de la citoyenneté politique, des mouvements sociaux, des théories politiques en partant des expériences et des savoirs des sujets féminins anciennement colonisés de l’empire français en Afrique, dans l’Océan Indien et dans les Amériques. Le second était de contribuer à l’histoire des mouvements de femmes (ex-)colonisées dans le contexte (post)impérial français, encore si méconnue malgré le développement de l’intersectionnalité dans les études féministes et de genre en France ces dix dernières années. Le troisième objectif était d’analyser les convergences et restituer les spécificités des mouvements des femmes noires s’identifiant aux féminismes noirs, aux afroféminismes, aux féminismes africains ou encore aux féminismes en Afrique.

Rassemblement au Jardin colonial à l'appel de la section réunionnaise de l'Union des femmes françaises, Saint-Denis, 27 juin 1948

Rassemblement au Jardin colonial à l’appel de la section réunionnaise de l’Union des femmes françaises, Saint-Denis, 27 juin 1948. Source : Myriam Paris, “Nous qui versons la vie goutte à goutte”. Féminismes, économie reproductive et pouvoir colonial à La Réunion, Paris, Éditions Dalloz, 2020 (à paraître).

 

Rose Ndzie (1951-), syndicaliste, militante nationaliste camerounaise et panafricaine, engagée pour la cause des femmes. Crédit : Rose Ndengue

Ce colloque a contribué à l’analyse des oppressions que les femmes noires subissent de manière spécifique selon les contextes politiques, économiques et sociaux mais aussi des ruptures et des continuités dans la production des rapports sociaux entre les régimes coloniaux et post-coloniaux. Cependant comme le résume Silyane Larcher, « les identités sociales et politiques des femmes afrodescendantes de l’ex-empire français ne se résument pas au rapport colonial, il nous a semblé important d’accorder une attention particulière à la variété des outils et des savoirs pratiques qu’elles ont mis en œuvre et continuent de forger pour contester les visages multiples de la domination sociale dans leur société d’origine ». Ainsi les communications ont permis de souligner la diversité des engagements des femmes noires sous la forme de résistances et de luttes individuelles et collectives. En effet, dans de nombreux contextes, elles s’organisent au sein de collectif, d’ONG, d’association, ou encore de parti politique dans le cadre national et transnational mais aussi à travers des formes scientifiques, artistiques, littéraires et/ou sur les plateformes numériques comme Youtube ou Instagram.

Ce colloque a également donné lieu à une table ronde, présidée par Jacqueline Couti, qui a réuni Fania Noël, militante afroféministe et membre du Mwasi-Collectif, Joëlle Kapompole, députée régionale et sénatrice belge honoraire, Bintou Dembélé, chorégraphe, Jocelyne Béroard, chanteuse du groupe Kassav et Rose Ndengue, co-organisatrice du colloque.

Ces trois journées ont attiré une centaine de personnes du champ académique (parmi lequel un nombre important d’étudiant.e.s) mais aussi des personnes issues du monde associatif, militant, artistique et/ou des personnes concernées et intéressées par ces sujets qui restent peu pris au sérieux dans les médias et dans la recherche, à quelques exceptions près. L’ensemble de ces échanges a ainsi contribué à penser comment racisme et sexisme opèrent en contexte post(impérial) français mais aussi à restituer une histoire, ou plutôt des histoires, d’émancipation et de justice sociale.

Enfin, dans le contexte de mobilisation sociale contre la réforme des retraites, la LPPR et la précarité au sein des universités, les organisatrices appelaient à rejoindre la manifestation du 5 mars organisée par Facs et Labos en lutte.

On parle du colloque à France culture et à France Info la 1ère et aussi sur TV5 Monde info !

 

Programme du colloque

Crédit de l’affiche du colloque : Reine Dibussi


Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search