Numéro spécial : Regards croisés sur le genre en Chine

Le dernier numéro spécial de Perspectives chinoises « Re-Envisioning Gender in China: (De)Legitimizing Gazes » est l’aboutissement d’une conférence internationale organisée en 2019 à l’Université libre de Bruxelles.

Le numéro contient un article d’Aurélia M. Ishitsuka, affiliée à l’axe « Imbrications des rapports sociaux : Genre, classe, race » du CMH : Visual Encounters in Global Shanghai: On the Desirability of Bodies in a Coworking Space.

Résumé (anglais):

The rise of Shanghai as a global city prompts the question: to whom does it belong? This article addresses the issue by examining the desirability of bodies in one of the city’s cosmopolitan spaces: a coworking space patronised by an international clientele. Drawing on an analysis of visual encounters in both physical and virtual spaces, it shows that the logic of belonging in the coworking community is based on the distinction between two kinds of bodies: the desirable one of the transnational professional and the undesirable one of the rural-urban migrant worker. While the latter is reduced to its working function, the former appears as a body complete with desires, whose interactions with others blur the separation of the professional and the intimate in line with the new spirit of capitalism. This visual ethnography provides insights on how economic changes reshape Shanghai’s urban life not only by reproducing local patterns of social exclusion, but also by encouraging racialised desires suited to capitalist accumulation on a global scale.

KEYWORDS: Coworking space, community, bodies, visual encounters, new spirit of    capitalism, global city, Shanghai.

Résumé (français) : L’émergence de Shanghai en tant que ville globale invite à s’interroger : à qui appartient-elle ? Cet article aborde cette question en examinant le caractère désirable des corps dans l’un des lieux cosmopolites de la ville : un espace de coworking fréquenté par une clientèle internationale. Prenant appui sur une analyse des rencontres visuelles dans les espaces physiques et virtuels, il montre que la logique d’appartenance à la communauté du coworking repose sur la distinction entre deux types de corps : celui, désirable, du professionnel transnational et celui, indésirable, du travailleur migrant originaire des zones rurales. Tandis que le second est réduit à ses fonctions de travail, le premier apparaît comme un corps doté de désirs, dont les interactions avec autrui brouillent la séparation entre le professionnel et l’intime, conformément au nouvel esprit du capitalisme. Cette ethnographie visuelle donne un aperçu de la façon dont les transformations économiques reconfigurent la vie urbaine à Shanghai, non seulement en reproduisant des formes locales d’exclusion sociale, mais également en encourageant des désirs racialisés adaptés à l’accumulation capitaliste à l’échelle mondiale.

MOTS-CLÉS : espace de coworking , communauté, corps, rencontres visuelles, nouvel esprit du capitalisme, ville globale, Shanghai.


Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search