Coalitions et clivages sociaux au Maghreb et au Moyen Orient

Comment se forment les coalitions au-delà de divisions idéologiques, générationnelles, professionnelles, ethniques et de classe ? Que se passe-t-il lorsque des acteurs se revendiquant de l’islam politique s’allient avec des représentants de mouvements de gauche, des ouvriers avec des représentants de syndicats étudiants ou encore de jeunes ingénieurs avec les représentants de tribus locales ? Dans quelle mesure ces collaborations – souvent fragiles et éphémères – sont-elles transformatrices ? Ces questions se trouvent au cœur de 7 articles d’un dossier thématique dirigé par Yasmine Berriane et Marie Duboc, paru en 2019 dans la revue Mediterranean Politics puis republié, fin 2020, sous la forme d’un ouvrage collectif (Ed. Routledge).  Ces contributions sont basées sur des recherches empiriques menées au Maghreb et au Moyen Orient (plus particulièrement en Algérie, Egypte, Jordanie et Iran) où de telles alliances «atypiques » ont gagné en importance depuis les mouvements protestataires de 2011.

L’ouvrage montre, tout d’abord, que pour mieux comprendre la formation – mais aussi la dissolution – de telles coalitions dans la région, il est essentiel d’aller au-delà de la seule question des clivages idéologiques qui a dominé la littérature sur la question. D’autres lignes de fracture basées sur le genre, la classe, l’ethnicité, la génération ou encore les hiérarchies professionnelles doivent aussi être prises en compte. Cette collection d’articles interroge, ensuite, la pertinence de travaux qui mesurent l’importance de ces coalitions à la seule lumière de leur réussite ou de leur échec à atteindre les objectifs escomptés. Les transformations observées par les auteurs sont multiples alors même que les coalitions étudiées sont toutes éphémères et les objectifs visés rarement atteints. Les processus de médiation entre acteurs et organisations, de diffusion de normes et de redéfinition de terminologies, significations et références communes sont tous porteurs de changements. Ils impactent les relations Etat-société, altèrent les représentations idéologiques, permettent l’émergence de nouveaux acteurs politiques et refaçonnent la conception de droits. Enfin, plutôt que d’analyser les coalitions et les divisions sociales comme deux processus opposés, les auteurs de cet ouvrage montrent que l’étude d’alliances entre groupes et mouvements sociaux va de pair avec l’exploration de processus de différenciation et de catégorisation: en renforçant les différences entre catégories et en produisant de nouvelles lignes de fracture, les coalitions contribuent aussi à la formation de divisions sociales.

Accéder au contenu:

Allying beyond Social Divides: Coalitions and Contentious Politics in the Middle East and North Africa, Mediterranean Politics, Vol. 24, issue 4, 2019.

Allying beyond Social Divides: Coalitions and Contentious Politics, London: Routledge, 2020. 



Citer ce billet
Yasmine Berriane (2020, 4 décembre). Coalitions et clivages sociaux au Maghreb et au Moyen Orient. Imbrications des rapports sociaux. Consulté le 14 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/q3yh

Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search